Le Journal du Lecteur

Késako?

C'est un outil que j'ai découvert grâce à ma tutrice de stage, Nadine Couquet, qui l'a mis en place dans son collège de Castanet-Tolosan il y a plusieurs années déjà.

A mi-chemin entre le carnet de bord et le journal intime, le Journal du Lecteur rend compte de toutes les lectures, obligatoires et personnelles, des élèves. Les maîtres mots du JDL sont LIBERTÉ, CRÉATIVITÉ, PLAISIR : liberté de choix du cahier, des rubriques, du contenu... Chaque JDL est unique et reflète la personnalité de son propriétaire.

Quelques pistes pour mettre en place le JDL avec ses élèves

Pour quelles classes ?

Toutes! Le JDL n'a pas de limite de d'âge : de 7 à 77 ans, il s'adapte à tous les niveaux! Il devient même un véritable outil de révisions pour les lycéens mais aussi pour les étudiants.

Les exigences quant au contenu seront simplement à adapter au niveau de l'élève (au lycée, on attendra par exemple des avis plus détaillés et plus argumentés qu'au collège).

L'idéal est que les élèves conservent leur JDL d'une année à l'autre.

Dans quel cadre ?

- En cours de Français (ou autres!), avec éventuellement des séances qui y sont consacrées (ma tutrice y consacrait une heure par semaine) durant lesquelles les élèves peuvent présenter leurs nouveaux articles, s'échanger leurs JDL pour y mettre des commentaires, continuer leurs articles avec du matériel que l'on peut laisser à disposition dans la salle ou au CDI.

- Dans le cadre d'un atelier lecture/écriture

En classe de 1ère, le JDL peut être ajouté au descriptif de bac.

Quel contenu ?

Il n'y a pas un JDL type, d'autant que vous constaterez rapidement qu'il évolue au fil du temps. Mais quelques rubriques sont attendues :

- Une couverture

- Un avis au lecteur (qui définit le JDL et en donne les règles)

- Des articles composés d'une biographie de l'auteur, d'un résumé du texte / de l’œuvre, d'un avis argumenté

- Un espace commentaires

Il ne faut pas s'interdire ensuite d'ajouter des rubriques comme bon vous semble : pause poétique, sorties culturelles, etc.

Comment l'évaluer ?

Là encore, vous êtes libre de l'évaluer (ou non) comme bon vous semble. J'ai opté pour une grille de compétences que je remplis chaque trimestre et que je "convertis" en notation chiffrée (parce que l'évaluation par compétences est encore loin d'être généralisée dans notre établissement). A la fin de chaque séquence, je relève les JDL. Les élèves doivent l'apporter pendant l'évaluation finale mais ils peuvent également me le rendre avant et au cours du trimestre s'ils le souhaitent, ce qui me permet d'en avoir moins à corriger d'un coup.

La note ne doit pas être une sanction (je choisis de la mettre en note "bonus" dans Pronote), elle ne descend pas en-dessous de 10 mais monte sans hésiter jusqu'à 20. C'est d'abord la qualité du contenu qui est jugée avant la forme.

Petite mallette à outil du JDL

Fiche consignes
Fiche conseils
Grille d'évaluation

Nous sommes deux profs du lycée Odilon Redon, mais surtout deux amies qui partagent le même grain de folie dont nous vous donnons un aperçu ici.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now